Qui protège qui? Réflexion critique sur la culture du viol à l’université néolibérale

Résumé:

 Loin de sa mission première, l’université joue un rôle central dans la production et la reproduction de violences, parmi lesquelles figure un ensemble de réalités sociales que l’on peut rattacher à l’idée de culture du viol. Après des clarifications définitionnelles et un retour sur la carrière de cette notion depuis son émergence aux États-Unis jusqu’à sa popularisation récente au Québec, la présentation ouvre sur les enjeux structurels de la violence sexuelle en milieu universitaire. Il s’agira de faire un pas de côté par rapport aux dimensions interpersonnelles de ce problème social pour adopter un cadrage systémique qui renvoie aux causes de la culture du viol, de son inscription à l'université néolibérale et aux conditions de son renversement. 

Biographie :

Sociologue spécialiste de la violence sexuelle dans différents contextes, Sandrine Ricci contribue actuellement aux travaux de la Chaire de recherche sur les violences sexistes et sexuelles en milieu d’enseignement supérieur. Elle est aussi chargée de cours et candidate au doctorat en sociologie à l’UQAM. Sa thèse porte sur la notion de culture du viol. Elle a par ailleurs publié le livre Avant de tuer les femmes, vous devez les violer ! Rapports de sexe et génocide des Tutsi qui vient d’être réédité.

Visiter le site webchevronRightCreated with Sketch.

clockCreated with Sketch.Date / heure

jeudi 13 mai 2021
12 h 45 à 14 h

pinCreated with Sketch.Lieu

UQAM - En ligne
zoom
00

dollarSignCreated with Sketch.Prix

Gratuit

Inscription obligatoire

personCreated with Sketch.Renseignements

Visiter le site webchevronRightCreated with Sketch.

Groupes