Vers des villes inclusives. Les enjeux normatifs des politiques urbaines d’immigration et d’intégration

17 mars 2020, 13h00 à 16h00
Université du Québec à Montréal
Salle J-1187, Pavillon Judith-Jasmin,

Entrée gratuite, inscription obligatoire, nombre de places limitées.

Atelier du CRIDAQ avec la participation d’Avner de-Shalit, Chaire Max Kampelman démocratie et droits de l’homme, Université hébraïque de Jérusalem; de Patti Tamara Lenard, Professeure, École supérieure d’affaires publiques et internationales, Université d’Ottawa; de Mireille Paquet, Professeure, Département de science politique, Université Concordia et de Benoît Morissette, Stagiaire postdoctoral 2019-2020, CRIDAQ. Cette conférence se déroulera en anglais, période de questions français/anglaisL’atelier sera suivi d’un cocktail à 16 heures. 

 

Résumé de la conférence

Partout dans le monde, les immigrants s’établissent majoritairement dans les centres urbains. Pour faciliter leur intégration, plusieurs villes ont adopté des politiques favorables à l’expression des différences dans les institutions ou les lieux publics. Des « villes sanctuaires » s’engagent également à protéger les immigrants en situation irrégulière, en ne divulguant pas leur statut aux autorités étatiques, ainsi qu’en leur dispensant des services municipaux. De plus, des gouvernements locaux examinent présentement la possibilité d’accorder le droit de vote à tous leurs habitants, qu’ils possèdent ou non la citoyenneté. Ces initiatives municipales surviennent dans un contexte où plusieurs États cherchent à restreindre la manifestation des différences culturelles dans la sphère privée, à limiter l’immigration ou à défendre les droits des majorités nationales face aux droits revendiqués par les minorités ethnoculturelles.

L’objectif de cet atelier consiste à éclairer les débats soulevés par les désaccords entre les villes et les États au sujet des politiques d’immigration et d’intégration, en discutant des réponses formulées par la théorie politique contemporaine aux problèmes normatifs qu’ils posent. L’autonomie des villes représente-t-elle un danger pour la démocratie, en contribuant à l’érosion de l’autorité de l’État-nation ? Favorise-t-elle au contraire la démocratisation des politiques d’accueil et d’intégration, en impliquant un plus grand nombre d’acteurs dans leur élaboration et leur application ? Dans leurs interventions, les conférenciers souligneront l’influence de l’expérience urbaine sur notre compréhension des enjeux de justice. Ils clarifieront la signification des principes invoqués par les municipalités pour justifier leurs actions, comme la justice, l’inclusion, l’hospitalité ou l’autonomie gouvernementale. Finalement, ils évoqueront les conséquences qu’entraîne l’exercice du pouvoir urbain sur la vie politique des démocraties libérales. 

Événement facebookchevronRightCreated with Sketch.

clockCreated with Sketch.Date / heure

mardi 17 mars 2020
13 h à 16 h

pinCreated with Sketch.Lieu

UQAM - Pavillon Judith-Jasmin (J)
J-1187
405, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (QC)

dollarSignCreated with Sketch.Prix

Gratuit

Entrée gratuite, inscription obligatoire, nombre de places limitées.

personCreated with Sketch.Renseignements

Mots-clés

Groupes